Espace Associatif Quimper Cornouaille

ÉVÉNEMENTS

AGENDA

CONNEXION

Associations: saisissez votre identifiant et votre mot de passe, ils vous permettront d'enrichir votre page dans l'annuaire et d'annoncer vos événements dans l'agenda. Pour les obtenir, contactez l'Espace Associatif.

SUIVEZ-NOUS!

CRÉER DU LIEN

Interview de Max Relouzat, membre fondateur de la Maison des associations en 1985

En 1985, pourquoi fallait-il créer une Maison des associations ?

En 1985, il y avait un foisonnement de la vie associative. J'étais arrivé de Martinique 8 ans plus tôt, j'avais à cœur de fédérer les moyens pour permettre aux petites associations d'exister. C’était une gageure. J'avais entendu les gens dire « oui mais » (les gens sont très individualistes), « on n'y arrivera jamais » etc. Nous avions une idée.

L'association des Travailleurs Antillais du Finistère (que j'ai crée en 1977) a eu la carte d’adhérent n°1 de la Maison des Associations. Nous avions raison de travailler à ce beau carrefour, ouvert à toutes les rencontres créatrices.

Quelles étaient les motivations de votre association pour participer à cette création ?

Ma motivation à entrainer notre association dans l'aventure ? L'intelligence du mouvement associatif et la richesse des rencontres, la mutualisation des moyens, ne pouvaient être qu'une force pour exister et avancer. J'ai toujours été acteur du mouvement associatif et social, c'est vital pour moi. J'ai une pensée émue pour toutes celles et ceux qui, aujourd'hui, ne sont plus de ce monde et qui seraient émerveillés de ce qu’est devenu l'Espace Associatif.

Ouest France 25/03/85,article complet dans la colonne de droite. Archive Max Relouzat

Aujourd’hui, 30 ans plus tard, vous êtes toujours adhérent (avec la même association ou une nouvelle). Qu’est-ce qui motive cette fidélité ?

Je suis toujours là, avec l'association Mémoires des Esclavages (voir ci-après). Je crois au mouvement associatif, sa sincérité, sa tolérance, les idées de partage solidaire. Je regrette l'abandon du « printemps des associations » moment important de brassage des idées.

D’ici 2045, comment rêvez-vous l’Espace Associatif ?

Le monde aura profondément changé, beaucoup d'acteurs d'aujourd'hui auront disparu. Alors, je rêve des actrices et acteurs maitres de leur destin. Il ne m'appartient pas de dire ce qui sera bon ou pas à celles et ceux qui viendront. Je souhaite simplement qu'ils soient dignes de l'histoire de l'Espace. Ils devront être des êtres humains au service des humains, de la démocratie et de la liberté, au quotidien, pour un monde plus juste et plus humain.

Coup de projecteur sur votre association

Dans quel contexte a été créée votre association « Mémoires des Esclavages » ?

1998 : Coupe du monde de foot. La France est championne du monde "black blanc beur». C’est une magnifique représentation de la France, de son histoire, du pays de la Déclaration des Droits de l’Homme, la deuxième puissance maritime du monde… Je me suis interrogé : « pourquoi cette représentation au travers de sport en général ne se traduisait pas au niveau politique, des médias, des Institutions de la République ? »

La méconnaissance de l'Histoire de France, de l'esclavage, de la colonisation, avaient besoin d'un éclairage historique pour lutter contre toutes les formes de discrimination, contre le racisme, pour vivre ensemble, pour le dialogue des cultures au cœur de nos cités. Il fallait faire de la pédagogie et de l'éducation notre action principale dans cette période de transition interculturelle voir de changement de civilisation.

La loi Taubira de 2001, reconnaissant l'esclavage comme Crime contre l'Humanité va cristalliser mon idée. En 2010, nous avons créé l'association «Mémoires des Esclavages» avec comme objectif les commémorations et la réalisation d'une sculpture monumentale mémorielle « Mémoires » portée par une souscription citoyenne. Elle sera inaugurée le dimanche 10 mai 2015 au Moulin blanc à Brest. L’idée est de bâtir un mouvement en direction des écoles, des lycées, des collègues, des centres de formation professionnelle, des centres d'aide par le travail.

Quelles sont vos missions ? Vos publics ? Votre territoire d’action ?

L’éducation, l’histoire, la réalisation de supports pédagogiques, l'organisation de conférences tout public, la réalisation d'un site et son volet historique s’adressant à la France et au monde, la lutte contre l'oubli. Mais aussi des expositions, des concerts, afin de montrer la richesse de notre interculturalité et de notre créolité, la richesse et l’avenir du métissage.

Site Internet de Mémoires des Esclavages :

http://www.memoiresdesesclavages.fr/